BNT english

entêtes cell2

jeudi, 20 octobre 2016 14:06

Une tournée média inspirante

J’ai eu l’opportunité, avec l’aide du groupe de travail sur les communications, de piloter une tournée des médias en Acadie des terres et forêts. Pourquoi une telle tournée?

L’Équipe des chefs de file a été mise sur pied pour stimuler et faciliter la collaboration transfrontalière en Acadie des terres et forêts. C’est un mandat qui se travaille sur le long terme. Tous les membres de l’Équipe des chefs de file partagent cette vision de faire de l’Acadie des terres et forêts une région transfrontalière unique, reconnue pour son dynamisme, sa qualité de vie et ses réussites économiques.

Ça ne se fait pas en un jour et plusieurs se demandent « c’est quoi cette équipe? » et « qu’est-ce qu’ils font exactement? », « on en entend rarement parler...». Nous souhaitions donc éveiller l’intérêt sur l’Acadie des terres et forêts et informer les journalistes sur le travail accompli par les différents groupes à l’oeuvre.

Un travail de fond qui précède les résultats
Bien sûr nous utilisons les réseaux sociaux pour partager des nouvelles et informations qui concernent l’équipe et différentes activités de l’Acadie des terres et forêts, mais ce n’est pas suffisant. Les médias de la région peuvent être des collaborateurs de première ligne pour nous permettre de joindre la population de façon plus globale.

Après plus d’un an de travail pour établir des fondations solides, l’Équipe des chefs de file a certainement un résultat très concret, mais peu connu: la mobilisation de plus de 100 personnes qui œuvrent dans différents groupes de travail pour faire avancer ces axes d’interventions. Ce sont les ambassadeurs de notre Acadie des terres et forêts!

Un accueil intéressé et enthousiaste des journalistes
Évidemment, les journalistes nous suivent depuis le début, mais je crois que je peux affirmer qu’ils avaient bien hâte qu’on leur parle de nos réalisations et projets à venir plus souvent.

La tournée nous a permis de faire le point, apprendre à mieux les connaître, mais aussi leur parler d’un événement à venir pour le secteur manufacturier. Nous avons vraiment senti un enthousiasme de leur part face à cette nouvelle.

Je suis en affaires et une chose qui ne se dément pas c’est l’efficacité des rencontres en personne. Ça vaut pour nos clients, mais ça vaut aussi pour nos collaborateurs. Pour l’Équipe des chefs de file, nous voyons les médias de l’Acadie des terres et forêts comme des collaborateurs. Je crois que nous avons établi de beaux ponts et leur intérêt pour ce que nous tentons de réaliser est palpable.

À nous de conserver ces ponts et entretenir les relations. Des idées ont émergé de cette tournée, dont celle de créer un cercle de presse en Acadie des terres et forêts! À suivre...!

Publié dans Blogue

Les entreprises du secteur manufacturier en Acadie des terres et forêts désirent renforcer leurs liens pour accroître l’approvisionnement régional et les retombées économiques. Sous le leadership de l’Équipe des chefs de file, une rencontre d’une quinzaine de grandes entreprises (donneurs d’ordres) et d’environ 75 fournisseurs et de sous-traitants potentiels en biens et services se tiendra à la fin du mois de novembre.

Rappelons que l’Acadie des terres et forêts est une région d’importance au plan du secteur manufacturier. Ce sont près de 300 entreprises manufacturières qui sont actives dans un rayon de 100 km, représentant environ 10 000 emplois. La région a donc tout à gagner à créer des liens entre les entreprises.

Un projet en 2 phases
Avant la tenue de cette journée de maillage, l’identification des besoins précis des grandes entreprises manufacturières a été réalisée. Ces premiers contacts établis avec les donneurs d’ordres a permis de constater qu’il existait un grand potentiel de développement des affaires pour les moyennes et petites entreprises de l’Acadie des terres et forêts.

Lors de cet événement, les rencontres soigneusement planifiées auront lieu sous forme d’un «speed-dating». Une attention particulière sera accordée à l’arrimage de l’expertise offerte par les PME aux besoins concrets en approvisionnement exprimés par les maîtres d’œuvre. Ces jumelages ciblés et planifiés permettront à chacun d’obtenir des rencontres d’affaires pertinentes et d’optimiser ces précieuses minutes d’entretien.

En marge des rencontres d’affaires, 2 conférences seront présentées aux participants et la journée se terminera par un 5 à 7 réseautage.

Si vous êtes un fournisseur potentiel établi en Acadie des terres et forêts, vous pouvez signifier votre intérêt à participer à cette journée par courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou communiquer avec Opportunité Nouveau-Brunswick, Northern Maine Development Commission, la SADC de Témiscouata ou le service de développement de la MRC de Témiscouata, selon votre secteur.

mardi, 20 septembre 2016 15:31

Se regarder le nombril autrement

Tout le monde connaît le dicton « L’union fait la force ». D’aucuns diront que c’est une vérité de la Palice. Je n’ai jamais entendu quelqu’un contester cette affirmation.

Or, il s’agit bien là d’une déclaration capitale pour l’Acadie des terres et forêts. Elle fait partie de l’ADN du mouvement « Réussir Ici ». C’est ce que nous tentons d’impulser depuis déjà 2 ans sur l’ensemble de notre région.

Région transfrontalière, là où on multiplie les ressources
Dans tous les domaines, le simple fait d’établir l’inventaire des ressources (matérielles, humaines, financières, etc.) que nous possédons collectivement met en lumière un phénomène intéressant souvent négligé. Une région transfrontalière possède un avantage indéniable sur beaucoup d’autres régions qui n’ont pas cette caractéristique. C’est la multiplication des ressources. L’union fait la force.

Je vous donne un exemple parmi d’autres.

Récemment, j’ai survolé l’ensemble des occasions d’apprentissage universitaire qui sont offertes sur le territoire de la région et une fois de plus, j’ai été éberlué. Nous parlons ici principalement de 2 institutions : l’Université de Moncton – campus d’Edmundston et l’Université du Maine à Fort Kent. À cela nous pourrions également ajouter les capacités de l’Université du Québec à Rimouski qui pourrait facilement desservir le territoire en matière de formation continue.

Dans un contexte mondial où le capital humain est devenu la ressource première de toutes les entreprises et organisations, il est absolument étonnant de constater la quantité et la variété de l’offre de formation universitaire chez-nous, qu’elle soit à temps plein ou à temps partiel.

Et si on arrivait à une réelle synergie ?
Dans les filières de la santé, de l’administration, des affaires, de la foresterie, des sciences, de l’environnement, de l’éducation ou de l’informatique pour ne mentionner que celles-là, il est possible de compléter des diplômes de premier cycle (et parfois même de deuxième cycle) chez-nous. Certains de ces diplômes sont offerts en anglais et d’autres en français. Il existe même des possibilités d’échanges entre les institutions pour aider à compléter ces diplômes dans les deux langues ! Tout cela ici... chez-nous... à proximité de la famille et de notre milieu « naturel ». Et si on arrivait à mettre tout ce beau monde en synergie, combien d’autres occasions serions-nous capables de créer pour nos jeunes et nos moins jeunes ?

Et là, je ne vous parle pas encore des occasions en matière de formation technique et professionnelle, qui feront l’objet d’un autre billet un peu plus tard.

Se regarder le nombril peut être bénéfique
Chaque année, des centaines de jeunes de chez-nous vérifient les occasions qui s’offrent à elles et à eux afin de compléter des études postsecondaires. Trop souvent, ces jeunes regardent dans les grands centres et s’expatrient. Certains et certaines reviendront... d’autres jamais. Cet éloignement « temporaire » devient souvent « permanent ».

Pourtant de multiples occasions sont là. À leur portée. Ici même. Autour de leur nombril.

Il suffit peut-être de changer la façon de le regarder ?

Si on regardait son nombril en adoptant une autre posture. Si on le regardait avec une nouvelle perspective... plus synergique, plus inclusive, plus dynamique et plus moderne.

Ne serait-ce pas une façon aussi de regarder plus loin que le bout de son nez ?

Publié dans Blogue

Contexte
La région de l’Acadie des terres et forêts réunit le Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick, le Témiscouata au Québec et le nord du comté d’Aroostook au Maine. Cette région présente des attraits touristiques hivernaux à fort potentiel économique, notamment des sentiers de motoneige hors pair de plus de 1 500 km d’une qualité incomparable.

L’Équipe des chefs de file (ÉCF) de l’Acadie des terres et forêts propose, en collaboration avec les acteurs clés, d’organiser un Festival international de motoneiges sans frontière en Acadie des terres et forêts du 20 au 22 janvier 2017. Trois jours de motoneige dans les plus beaux sentiers du Nouveau-Brunswick, du Québec et du Maine. (Les détails du projet sont disponibles dans le document conceptuel en annexe).

L'ÉCF souhaite faire appel à un consultant, une consultante ou un organisme expérimenté(e) en organisation d’événements qui puisse fournir une formule « clé en main ». Le ou la consultante ou l’organisme retenu(e) doit être parfaitement bilingue (français et anglais) et apte à se déplacer dans toute la région de l’Acadie des terres et forêts.

Le but de cet appel d’offres est de sélectionner le prestataire proposant la meilleure offre à l’ÉCF. L’ÉCF encourage donc les candidats à présenter leur meilleure offre et à proposer toute autre approche alternative ainsi que ses avantages et inconvénients pour l’ÉCF. Un comité de sélection régional sera mis sur pied afin de choisir la meilleure offre.

Cet appel d’offres ne doit en aucun cas être considéré comme un contrat ou comme une forme d’engagement. Cet appel d’offres n’oblige pas l’ÉCF à attribuer un contrat et n’engage pas l’ÉCF à indemniser les candidats des coûts générés par la préparation des offres. L’ÉCF se réserve le droit d’accepter une offre en tout ou en partie ou de refuser toutes les offres soumises dans le cadre de cet appel d’offres.

Mandat
Afin de s’assurer que l’organisation du Festival international de motoneiges réponde aux attentes de l’ÉCF et de ses partenaires, il est essentiel d’avoir un organisateur d’évènement qui puisse fournir des services « clé en main » de la planification du festival jusqu’à son évaluation finale.

Sous la direction du comité organisateur du festival, le mandat confié est le suivant :

  • Élaborer un plan de travail ;
  • Assurer la coordination du comité organisateur (planification et convocation des rencontres et communications internes) ;
  • Développer et déployer un programme de commandites et de partenariats ;
  • Développer la programmation du Festival conjointement avec le comité organisateur ;
  • Veiller au développement et déploiement du volet communication/marketing du consultant en communication/marketing ;
  • Suivre le budget alloué pour l’organisation du festival ;
  • Faire la promotion du festival lors d’autres évènements ;
  • S’occuper de la logistique en lien avec les activités avant, pendant et après la tenue de l’évènement, par exemple :
    • Obtenir les permis nécessaires;
    • Assurer la sécurité des lieux en partenariat avec les clubs de motoneige;
    • Louer le matériel nécessaire le cas échéant ;
    • Déterminer les besoins en personnel (bénévoles) ;
    • Déterminer et assigner les tâches pour les bénévoles pendant l’évènement ;
  • Élaborer un plan d’évaluation de l’évènement et le mettre en oeuvre ;
  • Rédiger un rapport final ;
  • Toutes autres tâches nécessaires au bon déroulement du festival.

Le budget total prévu pour les honoraires du ou de la consultant(e) ou de l’organisme retenu(e) pour accomplir ce mandat est de 15 000 $ CAD (TVH incluse).

Le mandat débutera au début octobre 2016 jusqu’à la fin février 2017.

Pour soumissionner, vous devez envoyer votre offre de service au plus tard 16h lundi 26 septembre 2016 par courriel à l’Équipe des chefs de file de l’Acadie des terres et forêts (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Pour toute question au sujet de cette offre, communiquez avec Caroline au 506-737-9602.

Votre offre, doit inclure : L’approche et plan de travail proposé, le budget détaillé et une liste de mandats accomplis en lien avec le mandat proposé.

TOURISME, CULTURE ET QUALITÉ DE VIE

Un catalogue d’exposition qui a ses racines en Acadie des terres et forêts

RacinesdelAcadie

 

Saviez-vous que la réalisation du catalogue de l’exposition permanente du Musée du Témiscouata «Enracinés» est le fruit d’une collaboration entre le Musée du Témiscouata, la Société d’histoire et d’archéologie du Témiscouata, le Musée historique du Madawaska, la Galerie Colline et la Société historique du Madawaska? La publication a été lancée en juillet 2015, suite à la réalisation de l’exposition et de l’inauguration des nouveaux locaux du Musée de Témiscouata dans le cadre des festivités du Congrès mondial acadien en 2014.

Le catalogue illustré de 76 pages fait partie de la série de publications de la Revue de la Société historique du Madawaska et est constitué de deux parties. Une partie porte sur l’exposition du Musée du Témiscouata et traite de la forêt sous des angles économiques, sociaux et culturels. L’histoire du peuple forestier y est racontée à travers la voix de ceux qui l’ont vécue. Une autre partie du catalogue porte sur une exposition d’œuvres de quatre artistes contemporains présentée au Musée historique du Madawaska. Joël Boudreau, Luc A. Charrette, Gabrielle Gendron et Réjean Toussaint avaient été invités à produire une œuvre reflétant la relation qu’ils entretiennent avec leur territoire.

C’est ensemble que l’on réussit ici.

Publié dans Histoires à succès

Toute la programmation pour les grandes fêtes régionales de l'Acadie à Edmundston du 13 au 15 août 2016.

All the schedule for the Acadian festivities in Edmundston from August 13th to 15th, 2016.

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET ENTREPRENEURIAT

La pale ale de l’Acadie des terres et forêts : Une bière sans frontières

BannièreAout2016

Le 1er août dernier, la microbrasserie le Petit Sault d’Edmundston offrait une pale ale en fût pour une durée limitée. Sa particularité? Elle est faite de produits qui proviennent entièrement de l'Acadie des terres et forêts!

Le malt provient de MaltBroue au Témiscouta et le houblon provient d’Aroostook Hops au Maine.

Ce fut un réel succès. Cette bière saisonnière s'est écoulée en une semaine. Sera-t-elle de retour l'an prochain? Espérons-le.

C’est ensemble que l’on réussit ici.

Publié dans Histoires à succès

Cosse s'qui s'passe au nord du Maine, tu d'mandes?

Les Chanteurs Acadiens, groupe musical, ont été reconnus par le Maine Acadian Heritage Council pour avoir lutté depuis 1988 pour promouvoir la langue française au nord du Maine.

Voici un bref résumé de mon discours comme porte-parole des Chanteurs Acadiens à l'assemblée générale annuelle du Conseil d'Héritage Acadien du Maine (le français est écrit pas mal comme on parle che' nous):

«Les bonnes soeurs nous disaient qu'on parlait pas français, qu'on parlait plutôt tchuque jargon que personne d'autre comprenait. Pi on a cru ça! Après toute, c'était nos maîtresses d'école qui nous disaient ça.

Fast forward aux années 1970 à l'université du Maine à Fort Kent.

J'rencontre ma future femme, Lorraine. Elle était au collège à St-Basile. Ensuite, elle pi deux ou trois amies, sont parties pour Moncton pour aller à l'université, elle pour avoir un Certificat 5 en éducation.

Moué j't'aller la voir a Moncton. Le soir on sort avec un groupe de ses d'amis. Moué j'étais vraiment intimidé parce que j'trouvais que c'monde là parlait assez bien le français. So, j'ai pas parlé de la veillée.

Quand on sort de là, Lorraine pensait que j'aimais pas ses amis. J'y dis que je me sentais intimidé avec mon français d'Grand Isle. Lorraine dit, "On les voit encore demain soir. Dit cosse t'as à dire pi, si y’aiment pas ça, on s'en ira." Okay.

Comme défaite, le lendemain soir on sort avec la même gang. À un certain moment, j'ai faites une joke pi tout l'monde on rit comme des fous.

Pour moué, ç’a été mon moment d'Épiphanie. C'est le moment où j'ai enfin réalisé que d'autres mondes comprenaient mon français de Grand Isle.

Mais, you know, franchement, j'aurais dû réaliser que si Lorraine me comprenait, les autres devraient m'comprendre eux aut'es itou. Mais, cosse tu veux? Comme ben du monde, j't'ais convaincu que j'parlais tchuque jargon que personne comprennait ... Les bonnes soeurs nous avaient conté des mentries. Ça, c'était surprenant, j'vous garantit!

Bon, b'en là on fast forward encore une fois aux années 1990.

J'commence à écouter de la musique acadienne du Nouveau-Brunswick pi la Louisiane. J'trouvais qu'y sontaient chanceux que tchuqu'un chantait à propos de leu's culture pi leu’s che'eux: Cape Enragé, Lac Bijou, Petticodiac, Moncton, Rue Dufferin, etc. J'trouvais itou que c'était d'valeur que personne ne chantait à propos de nous aut'es.

So, j'ai écrit 5 ou 6 chansons. J'ai mis ça sur un CD pi j'envoyé ça a Jim Grandmaison, un vieil ami musicien de l'université. Jim a vraiment aimé mes chansons pi y m'dit de contacter Charlie Stewart.

Charlie m'invite à la pratique des Chanteurs Acadiens à Fort Kent. J'ai joué mes chansons pour eux autres pi y mon invité à les joindre.

La mission des Chanteurs Acadiens était de préserver les vieilles chansons françaises. Mais notre mission est devenue aussi de chanter à propos de notre culture, notre héritage, pi notre belle langue française.»

Pour plus d'information et le discours au complet: maineacadian.org

Publié dans Blogue

La population, résidente de l’Acadie des terres et forêts, est invitée à découvrir ou redécouvrir sa région en participant à un concours. Trois forfaits mettant en valeur un attrait de chacun des secteurs de l’Acadie des terres et forêts sont offerts.

Les forfaits pour deux personnes, comprenant une nuitée, un petit-déjeuner et un repas du soir, permettront à trois gagnants de goûter à l’hospitalité et à la gastronomie de la région.

Les gagnants auront l’opportunité de découvrir l’un des trois secteurs de l’Acadie des terres et forêts en séjournant soit à l’auberge du Chemin Faisant à Témiscouata-sur-le-Lac, à l’auberge les Jardins Inn d’Edmundston ou à l’auberge Inn of Acadia à Madawaska, tous trois membres du réseau Acadie Gourmet

concours.

Le tourisme, la mise en valeur du milieu de vie et le renforcement des échanges transfrontaliers font partie des mandats de l’Équipe des Chefs de file. Par ce concours, l’organisation souhaite encourager la population à garder les liens créés avec ses voisins et à favoriser l’idée de découvrir ce que l’Acadie des terres et forêts a à offrir.

Pour participer, vous devez vous inscrire en ligne d’ici le 14 août via la page Facebook Réussir Ici / Succeed here ou sur www.reussirici.org. Les gagnants seront annoncés lors des festivités du 15 août.

jeudi, 17 mars 2016 09:45

Médias : une opportunité à saisir?

Qu’est-ce qui va faire de l’Acadie des terres et forêts une région unie? La communication.

La communication est la base de tout. Point.

  • La communication entre ses acteurs économiques et communautaires.
  • La communication entre les entreprises pour favoriser les affaires locales.
  • La communication entre les citoyens pour découvrir de nouveaux horizons. Même si ces horizons ne sont pas si loin, ils nous offrent une variété d’accents, de langues, d’habitudes de vie, d’activités, etc. On peut voyager loin en restant chez nous!

Mais que manque-t-il à notre belle région pour grandir en force? À l’ère des réseaux sociaux, ceux-ci ne suffisent pas pour créer des liens.

Publié dans Blogue
      



Copyright © 2015 Réussir ici! - Tous droits réservés